Le Cytomégalovirus

CMV dernières infos

Du 23 au 25 septembre 2010 à l’Université de Paris Descartes s’est déroulé le congrès international sur le CMV. Les organisateurs ont eu la gentillesse de faire participer 6 familles dont les enfants ont été atteints par le CMV. Trois familles Françaises et trois familles Américaines, qui ont raconté leur histoire après la rencontre du CMV. Si toutes sont différentes, elles sont toutes aussi émouvantes et montrent toutes les difficultés de ces enfants et de leur famille pour faire face au handicap engendré par ce virus.
Coté scientifique on espère toujours la mise sur le marché d’un vaccin contre le CMV. Il n’ y a pas de date avancée néanmoins nous nous sommes rendus compte avec beaucoup d’émotion qu’un nombre croissant de scientifiques biologistes et médecins travaillaient sérieusement sur le CMV .
conference

Extrait du livret «  Infection a cytomegalovirus et grossesse » LilianeGrangeot-Keros- ChristelleVauloup-Fellous Marianne Leruez-Ville Yves Ville

«  ………Globalement en Europe de l’Ouest, 50% des femmes en âge de procréer sont immunisées contre le CMV, mais la prévalence varie en fonction du statut socio-économique, de l’âge, de la profession, de la parité et de l’origine ethnique. La moitié des femmes enceintes sont donc exposées au risque de primo-infection à CMV. Toutefois il a  également été rapporté, en particulier dans les populations à forte prévalence, des cas d’infection congénitale à CMV consécutives à une infection maternelle secondaire (réinfection ou réactivation).
Les femmes les plus exposées sont les femmes séronégatives travaillant au contact de très jeunes enfants ou ayant un premier enfant en crèche, car la circulation de ce virus est extrêmement fréquente au sein des collectivités de très jeunes enfants. La transmission ne s’effectue que par des contacts étroits d’individu à individu (à partir des urines, des sécrétions oro-pharyngées, du lait, des larmes, des sécrétions génitales….) Les femmes enceintes séronégatives doivent donc autant que possible éviter les contacts étroits avec les jeunes enfants et prendre certaines précautions d’hygiène qui permettront de réduire significativement le risque d’infection à CMV au cours de leur grossesse. Les conjoints de ces femmes doivent également suivre les mêmes recommandations……..

La prévention de l’infection congénitale à cytomégalovirus

La prévention de l’infection congénitale passe par des règles simples d’hygiène. On sait en effet, que la prise en charge à la maison d’un enfant de moins de six ans est un des facteurs de risque principaux de la primo-infection maternelle.  Des attitudes telles que : se laver les mains après avoir changé la couche, nourri, baigné, mouché son enfant ; ne pas partager de cuillères ; nettoyer les jouets… sont efficaces pour éviter la transmission mais difficiles à appliquer en pratique. En France, le rapport de l’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé) de 2004 préconise que les femmes enceintes soient instruites des mesures d’hygiènes universelles à respecter pendant la grossesse.

C’est pour ces raisons que notre association milite depuis sa création pour le dépistage systématique du CMV chez les femmes en âge de procréer ! Comment savoir si une femme est séronégative si elle ne connait pas le virus du CMV ? Le dépistage n’est pas systématique, ni obligatoire. Bon nombre de gynécologues n’abordent jamais ce sujet (ils n’y sont pas obligés) alors que faire, sinon essayer d’informer le plus grand nombre de femmes afin qu’elles prennent conscience des risques de ce virus et de suivre d’elles mêmes les règles d’hygiène qui s’imposent ?

En fait, probablement seul un vaccin permettra dans l’avenir de prévenir efficacement les infections materno-fœtales à CMV.
En attendant il faut informer et diffuser ces informations. C’est ce que nous continuerons à faire tout au long de ce combat.

Dépliant sur le CMV cliquez-ici

Le 2 septembre 2008 devant les marches du Ministère de la Santé pour remettre les 8450 signatures

devant les marches

Copie de la lettre remise à Madame la Ministre de la santé le 2 septembre 2008 cliquez ici

NOTE SUR L’ETAT DU DEPISTAGE  DES INFECTIONS CONGENITALES A CYTOMEGALOVIRUS  cliquez ici

Article paru dans le Parisien le 2 septembre 2008 cliquez ici

Article paru dans le Républician le 2 septembre 2008 cliquez ici

Qu'est le Cytomégalovirus (CMV) ?

C'est le virus responsable du plus grand nombre d'infections materno-foetales en France. La future mère peut se contaminer lorsqu'elle est en contact avec des enfants en bas âge, souvent porteurs du virus, par le biais de la salive ou des urines. L'infection est le plus souvent inapparente chez la mère. Si c'est la première fois qu'elle rencontre le virus, elle n'est pas immunisée et le fœtus risque d'être infecté. 

Conséquences d'une infection par le CMV au cours de la grossesse

L'atteinte du  fœtus est difficile à évaluer in utero. L'enfant peut n'avoir aucun symptôme à la naissance, mais il existe un risque de séquelles de gravité variable: surdité, cécité, retard psychomoteur, retard mental, retard de croissance. En France, environ 800 nouveaux-nés seraient concernés chaque année. Il n'y a pas pour l'instant de médicament permettant de réparer totalement les lésions causées par le virus.

Quelle prévention?

En l'absence de vaccin, la prévention est primordiale. II est possible de déterminer si la grossesse est à risque par la recherche d'anticorps anti-CMV.

Ce test s'effectue sur une simple prise de sang. Le mieux est de le faire avant même le début de la grossesse. Il n'est pas encore obligatoire en France.

Si le test est positif, la femme est immunisée contre le CMV, le bébé ne risque rien. Si le test est négatif, la future mère n'est pas immunisée.

Le risque peut être prévenu en suivant pendant toute la grossesse le principe suivant:

     Éviter tout contact avec les urines et la salive des jeunes enfants:

• se laver les mains après chaque change.

• éviter les baisers sur la bouche, les contacts avec les larmes, les sécrétions nasales.

• ne pas finir les plats, ne pas lécher les couverts des enfants.

Diaporama présenté à la conférence d'Orvieto en Italie en novembre 2006 - cliquez